L’inédit : la pépite chic du 6e

Charcuteries Coup de Coeur des Bloggers Fromages

Si vous allez faire un tour du côté des Brotteaux et que vous en avez marre de toujours finir à la brasserie Boccuse de l’est… Je vous recommande vivement un lieu magnifique proposant une cuisine d’exception, j’ai nommé l’Inédit.

Du décor à la carte des tapas, en passant par la carte des vins, tout est fait pour que vous vous sentiez dans une brasserie d’exception.

Depuis mai 2017, L’Inédit a ouvert ses portes non loin du Parc de la Tête d’Or. Restaurant, bar et tapas, l’Inédit nous offre un tas de gourmandises pour chaque moment de la journée. On apprécie en plus un service souriant et le cadre contemporain carrément branché, une adresse à découvrir sans plus tarder !

Profitant d’une grande et belle terrasse c’est l’endroit parfait pour siroter quelques cocktails mais vous n’avez pas encore vu l’intérieur : mobilier chic et design, tableaux et luminaires stylés, le tout dans des nuances de blancs et de noirs. C’est chic, élégant et chaleureux, à l’image du service aussi attentionné que sympathique !

Pour une soirée endiablée avec son “Sheitan” comme pour un dîner romantique avec sa douce, l’Inédit promet de passer un bon moment, dans un cadre surprenant et élégant.

Avant de commencer cette dégustation sachez que l’Inédit possède une très belle carte de tapas et d’apéritifs. il y en a pour tous les goûts et toute les bourses,  de quoi faire rougir la brasserie de l’est.

Découpons l’inédit

Je vais commencer cette dégustation par ce qui m’a le plus surpris… La Bruschetta et son confit d’oignons avec ses petites tomates cerises, le tout sur un pain toasté maison ! Oui je sais rien que la description met l’eau à la bouche. Et bien ce n’est pas qu’une impression, le mélange est sublime. Déjà la bruschetta est de grande qualité mais pour être honnête le secret de la recette, c’est sans aucun doute le confit d’oignon. Quand cette petite touche sucrée vient vous chatouiller le palais, vous vous dites qu’il n’en faut pas plus pour être heureux.

Je poursuis avec une chose qui a su éveiller ma curiosité… Les boulettes de boeufs panés.

Je dois dire que c’est quelque chose d’assez surprenant mais le résultat est là. Je ne sais pas si vous avez déjà mangé des samoussa ( j’espère que oui ) et bien c’est exactement le même goût. Si en plus vous l’arrosez avec un petit jus de viande alors comme moi vous serez comblés. Un apéritif parfait pour un viandard. ( VEGAN S’ABSTENIR )

Le prochain à finir dans mon assiette sera le Tataki de saumon. Avant tout je tiens à vous informer que tous les poissons viennent de chez Margain Marée, une poissonnerie lyonnaise. Je vous l’ai déjà dit mais personnellement le poisson cru c’est vraiment pas mon truc. Mais quand on est en dégustation on se doit de tout goûter. Cette fois-ci j’ai justement été étonné car ce saumon à mariner pendant 8h dans la sauce soja, ce qui lui permet d’être cuit en extérieur et cru à l’intérieur, je me devais de le goûter. Verdict si vous voulez faire aimer le poisson cru à vos enfants, faite le mariner 8h dans une sauce sucrée, je vous garantie qu’ils vont adorer.

Une fois lancé avec le poisson, je ne m’arrête plus. Je décide donc de poursuivre avec un saumon gravlax et ses petits légumes “Pickles”. Comme pour le reste le saumon est vraiment bien. Il n’est ni trop sec, ni trop gras, légèrement assaisonné. Mélangez-en avec quelques petits légumes au vinaigre et c’est gagné.

Passons maintenant aux fromages…
Je démarre avec le classique des planches apéro :  le comté. Celui-ci est très jeune à mon goût et manque légèrement d’affinage mais il n’en reste pas moins très bon ( après c’est une question de goût )

Pour revenir à des saveurs un peu plus relevées, je poursuis avec un Saint-Marcelin bien coulant. Petit fromage crémeux au lait de vache, qui tient son nom de son berceau d’origine : un village d’Isère au pied du Vercors. Son goût Franc et moyennement salé, se marie parfaitement bien avec un bon pain de campagne. Le Saint-Marcellin présente une richesse aromatique assez équilibrée (arômes fruités, de miel…).

Je poursuis ensuite avec la classique Tomme de savoie. Plus besoin de vous dire ce que j’en pense, vous savez que je suis accro et qu’elle est toujours excellente.

 

Vint ensuite la charcuterie. Personnellement j’ai mes petites habitudes, si il y a de la Coppa, je commence toujours par elle. Je dois avouer que la Coppa, je commence à bien connaître, mais encore une fois l’inédit a su me surprendre. Celle-ci possède un goût très doux, persistant en bouche, mais sublimée par un parfum délicat.

Nous continuons la cochonnaille par un classique : le saucisson. Celui-ci nous vient d’Auvergne, et nous sommes encore sur une valeur sûre avec un saucisson au porc dont le goût n’est pas aussi fort et prononcé qu’on pourrait s’y attendre. Avec un petit bout de Comté, le mélange de saveurs procure à nos papilles l’excitation tant attendue.

Une fois lancé, difficile de s’arrêter… Vient ensuite le tour du ”Jambon de Parme”, c’est à lui que je confie la difficile tâche de venir impressionner mes papilles qui jusque-là ont été ravies par tout ce qu’elles ont goûté.

Habituellement on ne mange pas la couenne. Mais dans le cochon, tout est bon, et ce jambon donne raison au dicton. Sa note légèrement salée et son infinie tendresse raviront le palais des plus gourmands.

Verdict : Une brasserie totalement inédite…

 

L’inédit
112 Boulevard des Belges, 69006 Lyon
Ouvert du lundi au samedi de 11h00 à 15h00 et de 18h30 à 00h00
Téléphone : 04 78 24 34 52

Commentaires

commentaires

TAGS